Le corps est un tout, tout est lié.

L’ostéopathie est une thérapie manuelle préventive et curative, qui considère le patient dans sa globalité.

L’ostéopathe cherche les causes de la douleur du patient, qui ne se situent pas toujours au niveau de la zone douloureuse.
En s’appuyant sur une connaissance approfondie de l’anatomie et de la physiologie, l’ostéopathe détermine et traite les restrictions ou pertes de mobilité des différentes structures du corps humain (os, muscles, viscères, …)

Ces restrictions de mobilité peuvent entrainer un déséquilibre de l’état de santé du patient, d’où l’apparition de douleurs.

En libérant ces structures, l’organisme pourra se réadapter à son environnement et les douleurs vont s’atténuer puis disparaitre.

 En savoir plus le déroulement d’une consultation.

Le mouvement c’est la vie.

Fausse idée reçue : l’ostéopathe ne remet pas les os en place, dans la mesure où un os ne se déplace pas (sauf dans le cas des luxations et celles-ci ne sont pas de notre ressort).

L’ostéopathie restaure la liberté de mouvement des structures avec des techniques variées. Ces différentes techniques lui permettent de s’adapter et de traiter au mieux des patients de tout âge.

Les principales techniques sont présentées ci-dessous.

 → Le TOG (traitement ostéopathique général) est un ensemble de techniques dont le but est de mobiliser passivement les segments osseux entre eux (micro-mouvements) afin d’évaluer et de traiter les restrictions de mobilité d’une articulation, tout ceci de manière rythmique.

→ Les techniques d’énergie musculaire utilisent la force musculaire du patient pour corriger la lésion. Lorsque le patient contracte un groupe musculaire, par le biais du réflexe d’étirement du muscle (ou réflexe myotatique), ses antagonistes se relâchent et permettent le mouvement.

→ Les techniques viscérales permettent de libérer les organes de toutes adhérences pouvant induire une perte de mobilité (mouvement de l’organe en fonction de ce qui l’entoure) et une perte de motilité (mouvement de l’organe lui-même, sans influence extérieure).
Attention : des douleurs viscérales persistantes et/ou aiguës doivent être préalablement prise en charge par un médecin avant toute consultation ostéopathique.

→ Les techniques crâniennes  : Les sutures du crâne ne sont pas soudées entre elles, elles permettent donc un degré infime de mobilité. C’est ce mouvement fin que l’ostéopathe recherche. S’il sent une perte de mobilité, des techniques très douces, via de légères pressions, permettent de rétablir un mouvement harmonieux des os du crâne.

→ Les techniques fasciales  : Le fascia est un tissu présent dans tout l’organisme. Il enveloppe les muscles, les os, les organes, les nerfs, le cerveau… Tous ces fascias sont reliés entre eux et une tension (même minime) sur un fascia sera répercutée sur les tissus voisins, et à plus long terme dans tout le corps via cette chaîne tissulaire. Les fascias ont un but de protection, de soutien et de nutrition de notre organisme.
Lors d’une technique fasciale, le praticien cherche une zone de densité, zone qui est en perte de mobilité, et va par des mouvements très lents suivre la libération spontanée des tissus.

→ Le craquage ou thrust  : C’est une technique structurelle. Il s’agit de dépasser la barrière motrice, c’est à dire le blocage par un geste très précis, rapide, et d’une amplitude réduite (sans jamais forcer l’articulation). Le bruit de claquement très souvent audible lors de la manipulations correspond à la libération d’une bulle de gaz dans l’articulation. Attention, il peut y avoir correction sans bruit, et bruit sans correction !
Cette technique est interdite chez les nourrissons et déconseillée chez les enfants et les personnes âgées.

→ L’ostéopathie somato-émotionnelle : Tout ce que la parole ne parvient pas à exprimer vient s’ancrer dans notre corps. Autrement dit, tout choc émotionnel mal géré crée des tensions corporelles. En retirant ces tensions, on aide le corps et donc l’esprit à accepter et libérer le traumatisme émotionnel.
Pour en savoir plus sur l’ostéopathie somato-émotionnelle, lire cet article.

L’ostéopathie somato-émotionnelle est d’autant plus bénéfique lorsqu’elle est pratiquée dans l’eau (en piscine chauffée, par exemple).